Aller au contenu. | Aller à la navigation


Outils personnels

This is SunRain Plone Theme
Vous êtes ici : Accueil / Enseigner / Projets et démarches pluridisciplinaires / Un projet pluridisciplinaire autour d'une exposition - 1ère

Un projet pluridisciplinaire autour d'une exposition - 1ère

 

Projet interdisciplinaire : philosophie, histoire et éventuellement langues (Allemand) à partir de l’exposition « 4ans, 11 mois, 5 jours » qui se tient actuellement au musée portuaire de Dunkerque.

 

Mots clés : Responsabilité individuelle, banalité du mal, Etat de droit, hiérarchie des valeurs

Référence au programme : Les enjeux moraux et civiques de la société de l'information

Connaissances :

- Totalitarisme, génocide, violence de masse, procès Eichmann et "banalité du mal"

- Spécificité et rôle des différents médias  (exposition, cinéma, internet) compréhension critique des informations dont ils sont porteurs et des réactions qu'ils suscitent.

- Question éthique sur le témoignage volontaire ou involontaire

Compétences :

 

- S'impliquer dans le travail en équipe.

- Mobiliser les connaissances exigibles.

- Respecter les règles du débat : savoir intervenir, comprendre ce qui est dit par les autres ;retenir ce qui est dit par chaque intervenant ; apporter une critique constructive ; savoir respecter les règles du débat.

 

Méthodes et démarches :

- Le débat (réglé ou argumenté)

 

Support :

http://www.museeportuaire.com/spip.php?rubrique19 (site du musée qui présente l’exposition)

http://www.museeportuaire.com/IMG/arton893.png?1443777128 (site dédié à l’exposition)

https://www.youtube.com/watch?v=DD3lPjukPbg (présentation Facebook)

Film  d’Ennis Varda visible sur internet :https://vimeo.com/75575699

« Hannah Arendt »  de Margarethevon Trotta

 

 

Déroulement de la séquence

Il s’agit de travailler en EMC dans une classe de 1ere littéraire dans le cadre du thème : "Les enjeux moraux et civiques de la société de l'information". La  question de la mémoire d'un événement et de la "banalité du mal" est abordée en histoire. Les questions sur l’éthique de la communication sont présentes puisque nous nous interrogeons sur le sens du travail de mémoire et sur sa médiatisation (l’exposition), sur le rôle d’internet (où le film est visible ) et enfin sur la valeur d’un témoignage pris sans le consentement du témoin (archives anglo-saxonnes).

 

1erTemps  : visite de l'exposition temporaire du musée portuaire : « 4 ans 8 mois 5 jours » sur les « poches de Dunkerque ». (Le vécu et la mémoire de ces épisodes de la Seconde Guerre mondiale à travers des photographies d’époque et des œuvres d’artistes contemporains). Il s'agit de donner un cadre historique à la réflexion et de s’intéresser au sens de cette exposition  réalisée  dans une ville où pendant longtemps a prévalu le refus ou l’oubli de cette période (musée très récent de la Seconde Guerre mondiale à Dunkerque).

 

2ndTemps  : en partenariat avec le Studio 43, projection du film du réalisateur allemand Enis Varda (document de 12mn en allemand) qui exploite des archives anglo-saxonnes sur les exactions de prisonniers allemands (témoignages enregistrés à leur insu). Leurs paroles sont, dans le film, mises en parallèle avec les lettres écrites par ces mêmes soldats à leurs épouses. Cette confrontation permet d’aborder la question de la « banalité du mal ».

Elle permet aussi d'interroger la valeur de ces témoignages .  Est-il légitime de prendre en compte et de médiatiser ce type de témoignages ? Si oui pourquoi ?...

 

3èmeTemps : Le projet se prolonge par un travail préparatoire sur le film Hannah Arendt  de Margarethevon Trotta (sur sa réalisatrice  et sur son sujet, la réflexion d’Hannah Arendt). On s’interroge également sur la volonté de filmer  le procès d’Eichmann en 1961. Le travail s'effectue en groupe.

 

4èmeTemps : Le projet se termine avec la projection du film Hannah Arendt suivie d’un débat sur la "banalité du mal". Le débat est mené par le professeur de philosophie qui a préparé les élèves à cet exercice pendant les séances d’EMC.